bleu

La France n’a plus un seul éditorialiste digne de ce nom. Ils sont tous vendus à la sauce néo-con.

Lâche et fourbe, l’éditocrate adepte du jeunisme Catherine Nay, 71 ans, fait un portrait à charge contre le président russe Vladimir Poutine. Elle dépeint le chef du Kremlin comme un homme sans âge au regard glacial. En effet, quand on fait du sport et non de la chirurgie esthétique et des séances de botox pour remodeler son visage comme elle, on finit par ressembler à un monstre. C’est bien le cas.

Mais, où le bât blesse, et c’est finalement triste, risible et amusant à la fois, c’est le titre de son supposé éditorial. Intitulé « Poutine aurait-il redoré son blason ? », on se dit que, finalement, cet homme est l’objet de leurs fantasmes et ressentiments. La haine profonde de ces frustrés est le fait que tous veulent, en définitive, lui ressembler. Dans tous les journaux aujourd’hui, la majorité des commentaires sont favorables à Vladimir Poutine. C’est bien la preuve que la propagande ne passe plus…

Ecoutez cette daube: