bombing

bombing

Un attentat suicide mené par une kamikaze dans une gare routière de Maiduguri, fief des islamistes de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, a fait un carnage.

L’explosion s’est produite à proximité du marché aux poissons de la route de Baga vers 16h50, a déclaré Danlami Ajaokuta, un milicien qui combat les islamistes de Boko Haram aux côtés de l’armée nigériane. Ses propos ont été confirmés par un habitant du quartier.

«Nous avons retrouvé 20 corps et 50 autres (personnes) ont été blessées», a déclaré le milicien – un bilan qui correspond à celui donné par un des survivants.

«Une femme est arrivée dans la gare routière avec une casserole (…) les gens étaient en train d’empaqueter du riz, personne n’a fait attention. Tout à coup, la casserole, qui contenait vraisemblablement des explosifs, a explosé. La femme a été déchiquetée. Seule sa tête est intacte», a ajouté le milicien.

Série d’attentats

Un homme travaillant sur les lieux, qui a survécu à l’explosion, a fait état d’un bilan similaire sur les victimes. Selon plusieurs sources à Maiduguri, la kamikaze ne semblait pas avoir plus de 17 ans. Certains ont aussi évoqué la présence d’une seconde kamikaze à peu près du même âge, qui se serait fait exploser à l’extérieur de la gare routière mais n’aurait pas fait d’autres victimes.

L’attentat n’a pas encore été revendiqué, mais le groupe islamiste Boko Haram, dont les violences ont fait plus de 15’000 morts depuis 2009, a souvent pris pour cible des gares de bus et des marchés très fréquentés par le passé.

Maiduguri, fief historique de Boko Haram, où le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari a promis d’installer le commandement de la lutte contre les islamistes, a été le théâtre de quatre attentats depuis le début du mois, dont deux menés par des kamikazes. Au total, quelque 181 personnes ont été tuées dans des violences islamistes depuis le 29 mai, date de l’investiture de M. Buhari, qui a fait de la lutte contre Boko Haram une de ses priorités.

(ats)