Crise migratoire: état des lieux. La recrudescence des conflits dans certaines régions d’Afrique, d’Orient et d’ailleurs, et l’insécurité engendrée par les conflits en question ou alors par la précarité socio-économique, poussent plusieurs milliers d’individus et de familles à braver toutes formes de risque pour entrer en Europe, notamment. De plus, en dehors du nombre grandissant des migrants venant de tous les continents, il y a les conditions de vie déplorables entraînées par la rétention, à Calais, des migrants qui cherchent juste à traverser les frontières de la France à destination de pays tels que l’Angleterre et l’Allemagne dont les politiques en matière d’accueil sont jugées plus humaines. Et on parle de la jungle de Calais! Mais un phénomène inquiétant vient se mêler au problème de gestion des flux: les tensions entre certains groupes de migrants afghans, pakistanais et iraniens, ou entre syriens, etc. Ces derniers jours, des affrontements se produisent entre migrants et policiers. Dans ce dernier cas, le réseau No Borders est cité pour ses implications aux troubles. Celui-ci prône, en effet, la lutte pour la liberté de circulation et l’abolition des frontières. Né en 1999, No Border s’oppose au contrôle de l’immigration et revendique la régularisation des sans-papiers

LIRE LA SUITE