Trudeau

Le futur premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé mardi au président américain Barack Obama l’arrêt des frappes aériennes canadiennes contre le groupe État islamique en Irak et en Syrie. Il n’a toutefois pas donner de calendrier.

Le président américain «comprend les engagements» pris pendant la campagne électorale «de mettre fin à la mission de combat», a déclaré le dirigeant libéral.

La suite

Durant leur entretien téléphonique, les deux hommes ont évoqué «la poursuite de l’engagement du Canada dans la coalition contre le groupe État islamique», a indiqué M. Trudeau, assurant qu’Ottawa continuera d’être un «membre de premier plan» de cette alliance dirigée par les États-Unis.

En campagne électorale, il avait promis de mettre fin à la mission de combat en Syrie et en Irak, tout en se cantonnant à une mission d’aide humanitaire et de formation en Irak. Le Canada bombarde les positions du groupe État islamique en Irak depuis octobre 2014 et a étendu ces frappes à la Syrie voisine en avril dernier.

600 militaires

L’armée de l’air canadienne a déployé six chasseurs FA/18 pour participer à la coalition internationale, deux avions de surveillance Aurora, un avion de ravitaillement en vol et deux autres de transport. Environ 600 militaires sont basés au Koweït en soutien logistique.

Quelque 70 membres des forces spéciales canadiennes sont depuis septembre 2014 chargés de conseiller et d’assister les forces kurdes dans le nord de l’Irak. L’un de ces soldats a été tué en mars, pris par erreur pour cible par les milices kurdes.

A 43 ans, Justin Trudeau a créé la surprise lundi en remportant les élections législatives canadiennes. A la tête d’une large majorité libérale, le futur premier ministre devrait entrer en fonctions le 4 novembre.