poutine
De Washington à Paris en passant par les pays du Golfe, rien ne va plus. Alors qu’ils bombardaient ergs et regs, les Américains et la coalition soi-disant contre le groupe Etat islamique n’ont pas mené de frappes aériennes en Syrie depuis… trois jours. Ce calme contraste avec l’activité tous azimuts de Moscou, qui indique avoir frappé 94 cibles sur les dernières 24 heures. Une intensification des frappes russes qui porte de vrais résultats sur le terrain.

 

La Russie fait tomber les masques. L’analyse diplomatique et stratégique d’Alexandre del Valle, qui n’est nullement notre tasse de thé, en dessous, présente les vraies cartes sur le terrain…

L’essoufflement des frappes de la coalition survient alors que nous dénonçons son double-jeu.

Le Pentagone juge purement circonstancielle cette retenue, démentant notamment que la coalition puisse manquer de cibles. «Nous demandons à nos services de renseignement des cibles que nous pouvons frapper sans causer de dommages civils et nous n’en avons eu aucune ces derniers jours», a déclaré lundi le porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau Jeff Davis. «Mais ça ne veut pas dire que nous ne sommes pas en train de chercher d’autres cibles. Et il y en aura d’autres», a-t-il ajouté.