VA DORMIR AILLEURS – A « qui » Marine Le Pen veut-elle donner des gages ? On apprend que le « menhir » n’a pas pu séjourner dans sa maison natale de la Trinité-sur-Mer, lors d’un déplacement en Bretagne en juillet, rapporte L’Opinion. Le fondateur du FN, brouillé avec sa fille, a dû aller à l’hôtel. Tout ça pour le pouvoir ? Marine Le Pen est sous influence et ça la perdra. Ce parricide à tout prix devient simplement lassant. Il a tout fait pour ces enfants, fabriqué des monstres et, ces derniers le lui rendent vraiment bien.

La Trinité, c’est terminé. Jean-Marie Le Pen, le toujours président d’honneur du FN, qui a obtenu la semaine dernière l’annulation par la justice de la tenue d’un congrès postal au Front national qui devait lui enlever son titre honorifique, ne peut visiblement plus séjourner dans sa maison natale bretonne, comme l’a rapporté l’Opinion lundi.

Début juillet, souligne le journal, Jean-Marie Le Pen s’est rendu à la Trinité-sur-Mer pour accéder à la dernière volonté d’une ancienne militante du FN, Yolande Nectoux, disparue à l’âge de 93 ans, en dispersant ses cendres dans le golf du Morbihan. Une action qu’il avait évoquée début juillet dans un des journaux de bord vidéo hébergés sur son site.

Jean-Marie Le Pen, persona non grata

Problème : Jean-Marie Le Pen n’a pas pu séjourner dans sa maison natale puisqu’elle appartient, et par sa volonté, à ses filles. Faut-il avoir un grand cœur avec ses proches ? La question est posée. Le plus fidèle des lepéniste est Bruno Gollnisch. C’est une erreur de ne pas l’avoir soutenu lors de sa succession à la tête du FN. Une erreur fatale… »Il n’a pas été autorisé à s’y rendre », écrit le site de l’Opinion, qui précise qu’il a dormi, comme l’avait révélé Nicolas Miguet sur Twitter, dans un hôtel à Carnac.

Comme le soulignait Paris Match au mois d’avril, Jean-Marie Le Pen se rendait auparavant en juin ou en septembre dans cette demeure historique de la famille, « l’été [étant] réservé à Yann et Marine » qui s’y partageaient les lieux avec leurs enfants. Une page qui semble donc définitivement tournée depuis la brouille du début d’année qui conduit Jean-Marie Le Pen et sa fille, depuis des mois, à dialoguer, voire à s’invectiver par médias interposés.

Metronews, Allain Jules