Deux kamikazes se sont fait exploser jeudi matin dans une mosquée de la capitale yéménite Sanaa en pleine prière de l’Aïd Al-Adha, la grande fête musulmane du sacrifice. Il y aurait au moins 25 morts.

Des médias évoquent un bilan humain plus lourd dans ces attaques et selon eux, il y aurait au moins vingt-cinq personnes tuées et des dizaines d’autres blessées.

L’attentat s’est produit à la mosquée Al Balili dans le quartier d’al Safiya à Sanaa, au premier jour de la fête musulmane de l’Aïd al Adha, la plus importante du calendrier islamique.

Les Houthis, qui contrôlent la capitale yéménite, ont bouclé la zone.

Selon témoin, une première explosion a retenti, suivie d’une seconde. «Nous nous sommes réunis pour aider les blessés. La situation est très grave, il y a du sang partout», a déclaré Nayef, un riverain de la mosquée située à quelques encablures de la vieille ville de Sanaa.

Prières de la fête du sacrifice

D’autres témoins rapportent que la première explosion s’est produite lorsque les fidèles se sont réunis pour les prières de la fête du sacrifice. Une seconde bombe a explosé lorsque les gardes qui protégeaient la mosquée ont bloqué le kamikaze qui se précipitait vers la salle de prière.

L’attaque n’a pas été revendiquée, mais le mode opératoire rappelle celui d’autres attentats commis par des combattants de l’Etat islamique et qui ont fait des centaines de victimes chez les zaïdites, une branche du chiisme que les islamistes sunnites jugent hérétiques.

(nxp)