Libya

Libya

Dans une édition précédente, nous vous annoncions qu’un kamikaze tunisien s’est fait exploser à bord d’une voiture près d’un point de contrôle à une entrée de la localité de Dafiniyah, entre Zliten et Misrata, à l’est de Tripoli, selon un porte-parole de Fajr Libya (Aube de la Libye). L’attaque a tué cinq miliciens et blessé sept, selon un bilan donné par l’agence de presse LANA, proche des autorités de Tripoli, non reconnues par la communauté internationale.

L’EI a revendiqué l’attaque et affirmé qu’elle avait été menée par un Tunisien identifié comme «Abou Wahib al-Tounsi». Il a prévenu dimanche les miliciens qu’ils devaient se préparer à la «guerre».

«Les apostats de Fajr Libya (…) doivent savoir qu’une guerre se profile», a aussi indiqué l’EI.

Fajr Libya versus EI

Fajr Libya est une coalition de milices, hétéroclites mais dont certaines sont composées d’islamistes, qui a pris le pouvoir l’été dernier à Tripoli. Elle y a établi un gouvernement et un Parlement, poussant les autorités reconnues par la communauté internationale à s’exiler.

Une partie du territoire contrôlée par Fajr Libya est désormais contestée par l’EI, qui a pris pied l’an dernier en Libye. Les djihadistes contrôlent déjà des zones dans la région côtière de Syrte, à 450 km à l’est de Tripoli, et ont revendiqué des attaques suicide contre Fajr Libya près de Misrata.

Et le gouvernement Fajr Libya a appelé de son côté à la «mobilisation urgente» face au groupe Etat islamique. Et un député du parlement siégeant à Tripoli, Salim al Hamali, qui était porté disparu, a été par ailleurs retrouvé tué au sud de la capitale, a dit la chaîne de télévision Al-Nabaa.

La guerre du pétrole

Des djihadistes se sont emparés ces derniers jours de l’aéroport de Syrte, duquel des combattants de Fajr Libya se sont retirés. Cet aéroport, qui se trouve à 150 kilomètres de l’important «croissant pétrolier» libyen, est le premier pris par l’EI en Libye.

Le groupe ultra-radical sunnite contrôle désormais des zones entières dans cette région pétrolière. Les « autorités » de Tripoli accusent les djihadistes de s’être alliés à des anciens du régime de Kadhafi pour prendre pied à Syrte, la ville du défunt frère Guide Mouammar Kadhafi. Comme en Irak ou l’EI s’est allié avec les anciens du régime de Saddam Hussein ? Si c’est le cas, à qui la faute ?

Toujours selon le gouvernement de Tripoli, l’EI disposerait par ailleurs de «cellules dormantes» dans la capitale, où le groupe djihadiste a déjà revendiqué des attaques.

Selon certains cuistres donc, il se peut que le changement c’est maintenant. C’est mieux qu’avant ! Un tel cynisme quand des gens perdent tout du jour au lendemain, par le bon vouloir de certains, fait réellement douter de Dieu…

VOICI NOTRE DEUXIÈME INTERVIEW (CLIC)