radio

Au cours des cinq dernières années, les forces de l’ordre moldaves, en coopération avec le FBI américain, ont « empêché au moins quatre tentatives de contrebandiers moldaves de vendre des matériaux radioactifs ».

Des contrebandiers d’Europe de l’Est opérant en Moldavie sur le marché noir ont cherché à vendre des matériaux radioactifs aux groupes extrémistes du Proche-Orient, notamment à l’Etat islamique (EI), annonce mardi l’agence Associated Press.

Au cours des cinq dernières années, les forces de l’ordre moldaves en étroite coopération avec le FBI américain, ont « empêché au moins quatre tentatives de contrebandiers moldaves de vendre des matériaux fissiles ».

La dernière tentative a eu lieu en février, lorsque les malfaiteurs ont mis en vente des échantillons du césium hautement radioactif, « en cherchant spécialement à trouver un acheteur faisant partie des djihadistes de l’EI ». Cette tentative a été empêchée par la police.

L’agence cite encore un cas où la police a empêché un « groupe organisé de criminels dirigé par une personne originaire de Russie de vendre à un Soudanais de l’uranium enrichi pouvant être utilisé pour fabriquer une bombe nucléaire ». La police a trouvé dans le domicile de l’intermédiaire des croquis techniques de la bombe.

Selon l’agence, les efforts de la police moldave visant à lutter contre le marché noir de matériaux radioactifs ne portent pas pour le moment de résultats tangibles.

« Les malfaiteurs impliqués dans ce genre d’activités font de courts séjours en prison et une fois libérés, reprennent le commerce illégal », déplore l’agence.

(sputnik)