algérie

Par Mourad Arbani pour Algérie1

Étant persona non grata, c’est à dire n’étant pas le bienvenu en Algérie, le prédicateur saoudien Mohamed Ibn Abderrahmane El Arifi a voulu se montrer sous son meilleur jour, voulant certainement faire bonne figure, en démentant sur sa page Facebook avoir déposé un visa pour se rendre dans notre pays.

 

               « J’ai rendu visite à ce cher pays et j’ai connu de plus près le bon peuple (Algérien) que j’ai beaucoup aimé, Mais aujourd’hui je suis au Qatar pour une dizaine de jours, et de là j’ai été surpris aujourd’hui (Lundi) d’apprendre que j’ai été interdit d’entrée en Algérie. C’est une information fausse », a-t-il affirmé tentant de démentir les propos du ministre algérien des affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa.

A1-arifi-Aissa-500x333Al-Arifi a précisé qu’il ne voyageait pas sans invitation officielle tentant ainsi de faire accroire qu’il n’a jamais demandé de visa.

               Pour rappel, le ministre des affaires religieuses a confirmé dimanche que l’imam salafiste radical Mohamed El Arifi ne sera pas parmi les invités d’un prochain colloque qui se tiendra à Constantine. Mohamed Aissa s’en est expliqué en précisant que  « cette demande ainsi que l’octroi du visa ont été refusés, parce que nous savons qu’il est un acteur dans la subversion du système appelé printemps arabe et qu’il est aussi un promoteur de propagande au profit du groupe radical de Jabhat Al-Nosra (front Al-Nosra) relevant d’El Qaida en Syrie ».

M.A

(Algérie1)